Thursday 20 September 10h59  Accueil   Plan du site   Liens   Contact  Admin
Etablissements hospitaliers  ESF Saint-Antoine 
Les activités corporelles et la spécificité anatomique des femmes enceintes

L’approche globale de la personne nous amène à réfléchir sur les habitudes de fonctionnement du corps, sur les liens mécaniques entre les différentes parties du corps (les fascias, les chaînes musculaires) et sur les liens énergétiques.

Nous centrons les participants sur leurs repères habituels (mouvements, perceptions, facilités, difficultés, tensions, relâchements...). Nos propositions les aident à rencontrer de nouveaux repères à partir desquels ils construisent des schémas imagés, représentés, ressentis. Ils transforment leurs mouvements et les intègrent pour trouver un nouvel équilibre jusqu’à la prochaine transformation.

Avant de construire une motricité fonctionnelle en apprenant des gestes justes (en référence à un modèle) il est nécessaire de se débarrasser de ce qui fige le corps et entrave ses mouvements : tensions, crispations, raideurs, blocages respiratoires... et de rechercher ainsi la disponibilité.

Dans le cadre de la pédagogie interactive et créative, nous nous centrons sur les attentes des participants et nous privilégions la pertinence de nos propositions. Nous proposons des mouvements et non des sensations ou des représentations.

“Elles portent un utérus gravide”

Cette évidence représente, pour nous : la spécificité anatomique des femmes enceintes. Leur corps se transforme ( laxité ligamentaire, augmentation du poids de l’utérus, augmentation des courbures de la colonne vertébrale, distension des muscles abdominaux ... ) L’adaptation de leurs attitudes et de leurs mouvements est inhabituelle. Les femmes s’appuient cependant sur des schémas connus pour se représenter et agir dans ce nouveau contexte. Leurs comportements peuvent être inadaptés.

“Elles développent une fonction fondamentale : LE PORTAGE”

La position de l’utérus dans l’abdomen est liée à la tonicité des muscles abdominaux et à l’impact de cette tonicité sur l’ensemble : bassin, colonne vertébrale, thorax.

L’observation de la place de l’utérus, associée à une consigne de mettre de l’espace en haut ou en bas de l’abdomen - évaser ou resserrer les côtes - aide la femme à comprendre sa capacité, cette fonction de portage de l’utérus qu’elle peut placer plus ou moins haut.

Porter un utérus haut permet de libérer sa marche, le porter bas libère le diaphragme et donc la respiration selon la position, le contexte.

“Des propositions en rapport avec la spécificité anatomique des femmes enceintes”

Nous évoquons là, les propositions fermées, centrées sur la mécanique anatomique spécifique des femmes enceintes. Les exercices qui n’ont d’intérêt que s’ils représentent l’aboutissement d’une exploration préalable. La direction du mouvement et les moyens de l’évaluer sont contenus dans la consigne.

Cet aspect des activités est à situer dans le cadre d’une pédagogie interactive et créative prenant en compte les phénomènes affectifs, relationnels et psychologiques.

1 - Mobiliser l’utérus

- Mettre de l’espace dans la partie haute de l’abdomen et réduire l’espace dans la partie basse.

- Réduire l’espace dans la partie haute de l’abdomen et mettre de l’espace dans la partie basse.

2 - Favoriser l’abaissement de l’utérus

- En empêchant l’ampliation antéro-postérieure du thorax.

- Par l’allongement de la colonne lombaire.

- Par la rétroversion du bassin sans utiliser les abdominaux.

3 - Favoriser les mobilités du bassin.

- Mobilités extrinsèques : étirement des droits antérieurs et des ischio-jambiers.

- Mobilités intrinsèques : symphyse et sacro-iliaques.

En pratiquant ces mouvements, les femmes améliorent leur confort pendant leur grossesse et préparent leur accouchement. Dès le début du dernier mois de la grossesse, la meilleure place de l’utérus se trouve le plus bas possible dans l’abdomen. Le fœtus, n’étant plus soutenu par la sangle abdominale, appuie sur le segment inférieur de l’utérus et l’amplie, préparant ainsi l’ouverture du col.

“Après l’accouchement, ce qui est spécifique pour la femme c’est l’involution des phénomènes de la grossesse pendant environ 6 mois.”

Ce constat nous conduit à animer globalement les mêmes propositions pour les femmes enceintes et les jeunes accouchées, réunies dans un même groupe avec les pères présents.

Pendant que les femmes enceintes mobilisent leur utérus, celles qui ont déjà accouché restaurent leur périnée et leur sangle abdominale.

L’ensemble de ce propos représente le contenu de nos activités, spécifique aux femmes enceintes, c’est à dire nos propositions les plus fermées rencontrées, éventuellement, à la fin d’une séquence de séance, selon la dynamique du groupe, ses attentes, ses expressions corporelles et verbales.

Cet aboutissement, pendant une séance, et la rigueur d’une telle consigne impliquent, pour l’animateur, la connaissance de la géographie et de la mécanique anatomiques.

BIBLIOGRAPHIE

- "Economie du geste" fascias et mouvement, Patrick Germain, éd. Chiron.

- "Anatomie pour le mouvement" tome 1 et Il, Blandine Calais Germain, éd. Désiris.

- "Les muscles, bilan et étude fonctionnelle" F. Peterson Kendall et E. Kendall Mc Creary, Maloine - "Atlas d’anatomie humaine" tome 1 et Il, Johannes Sobotta, éd. Médicales Internationales.

haut de page SPIP powered - Réalisation ©2005 SCM